04 novembre 2006

Ahlam

Ahlam....

Hier, quand elle est rentrée chez elle, elle a pris une douche bien méritée, porté son pyjama en velours doux et en couleurs vives, mis ses adorables pantoufles en forme d’ours, tamisé les lumières de sa chambre au maximum et mis une musique pépère ; Et en pleine ambiance relaxante, elle a ouvert les volets de sa chambre donnant sur le port et commença -en quête de réponses à ses doutes existentiels depuis un bout de temps déjà- à scruter le ciel attentivement, à essayer de découvrir la beauté céleste de cette ville qu’elle a toujours chéri et à observer le mouvement des bateaux au port.

Aujourd’hui, elle a eu une chance historique, elle l’a ratée, mais elle n’éprouve pas le moindre remords ni le plus léger repentir. Aujourd’hui, elle a une forte envie de se détacher de l'image de petite fille qui lui colle à la peau, de se libérer de ce masque infantilisé qui lui gêne et de se débarrasser de cette peau qui ne l’appartient plus depuis ce matin.

Pour toutes ces années, il n’y avait trace de son autonomie propre, de ses envies ou de ses choix. Tout était décidé pour elle; sa carrière estudiantine, son petit déjeuner, ses sorties et même sa coupe de cheveux. Elle n'existait pas tout en existant, ses amis, sa famille, les voisins, la coiffeuse, son boss, enfin tout le monde faisait la pluie et le beau temps dans sa vie et elle n’avait qu’à obéir à leur savoir supranaturel.

Elle voulait devenir professeur mais son père l’a voulue journaliste, elle a toujours voulu déguster un café fumant à la crème mais sa mère le lui déconseillait tout le temps, elle aurait aimé porter des jeans au lycée mais son amie lui disait que le style classique lui va comme un gant, elle aurait bien aimé se faire une coupe joyeuse et un peu plus branchée mais la coiffeuse ne le trouvait pas pratique pour elle. A chaque fois qu’ils donnaient leurs opinions elle n’avait qu’à se la fermer et à étouffer ses envies car eux ils savent le tout et elle ne pige rien à la vie.

Aujourd’hui, Elle n'est plus la petite fille d’autrefois, elle n’est plus cette gamine protégée sous l'aile de son entourage, elle n’est plus cette petite nature qui sautillait sur le chemin de l’école et qui pleurait dans le gilet de sa mère à chaque fois qu’elle ressentait qu’un pote a une dent contre elle. Elle a appris énormément depuis sa conversation ce matin avec son boss, elle a appris à dire Non, comment, pourquoi et mais… !! Bref, ce matin et pour la première fois dans sa vie, Ahlam a mis à jour sa personnalité !

« Demain je ferai tout ce dont j’en ai envie, demain je vais parler si j’en ai envie, je vais chanter si j’en ai envie, demain je ferai tout ce dont j’en ai besoin, demain je serai la « Ahlam » qui a vécu en moi 28 ans déjà, demain je mettrai terme à tout ce chamboulement… » Elle se disait à elle-même lorsque son cellulaire sonna, et sans le regarder, elle le porta à son oreille :

  : Tranquille la soirée mademoiselle ?

Ahlam    : (Essayant de retrouver son souffle…) toi !!!

…..  : Oui c’est moi, je viens de rentrer hier.

Ahlam  : Ca m’a fait du bien entendre ta voix mais tu m’as choquée avec ton appel  mais choquée dans le sens le plus négatif du terme.

     : Mais qu'est-ce qui te prend?

Ahlam   : Qu’est ce qui me prend moi ? Nan mais quel sans gêne ! 

    : Ben il parait q’aujourd'hui n'est pas ton jour je te rappelle demain.

Ahlam : Non plus demain semble être meilleur.

 : Quelle méchanceté t'ai je faite? T'ai-je causée le plus léger chagrin ?

 En quoi t’ai- je déplu?

Ahlam  : Nan mais quel esprit dérangé, quel cerveau malade !

  : Écoute moi je t’en prie.

Ahlam       : J’aurai bien aimé t’écouter juste une fois par mois pendant ces années là, mais rien, aucun appel, aucune lettre pas un seul mot de soutien, pourtant si tu savais au combien cela aurait pu me faire du bien…

  : T’as changé Ahlam

Ahlam : Trop même et peut être beaucoup plus de ce que tu imagines. Tu veux savoir ce qui m’arrive ? ce qui m’arrive vraiment c’est que je ne suis plus déboussolée, j’ai résigné ce matin malgré la promotion qu’ils m’ont proposée, je pars au bout du monde suivre mes études en journalisme, demain je vais plus boire du lait chaud le matin, je ne conserverai plus les mêmes habitudes et je laisserai le destin choisir pour moi un être adorable, une personne qui me mérite, une personne qui me corresponds, une personne qui me fera vibrer et qui me donnera du vrai temps, de l'attention, de l'intérêt et de l'affection. Je laisserai le destin me trouver une personne qui me ressemble: simple, honnête, attentionnée et qui m’apportera tellement, j’en veux plus d’une personne qui me fait pleurer, qui me coupe l'appétit et qui me rend triste, je…

  : Et moi ?

    Ahlam     : Toi ! étais tu quand je me posais cette question à moi même, étais tu quand je faisais l’âne pour avoir du son, quand j’étouffais mes envies pour te satisfaire et pour te donner du bonheur. Souvent même j’oubliais mes propres envies pour faire passer les tiennes en premier. J'ai passé tout ce temps à m'intéresser à ton monde sans que tu t’intéresses au mien, tout ce temps à négliger mes propres désirs pour privilégier les tiens, alors qu’au fond, toute cette histoire me semblait à peine croyable, je sentais bien que ce n'était pas vrai et que je me mentais à moi-même. Mais c’est fini ce temps là, aujourd’hui c’est le printemps, ma saison préférée, le tapis vert est déjà déroulé et un nouvel habillage a été mis en place. Ce matin même, j’ai fait le deuil de toute cette histoire effroyable car elle n’était qu’une « erreur » et maintenant je ne confonds plus main droite et main gauche et j’ai fait un super progrès qui peut faire sourire.

 : Et tu feras quoi...

Ahlam : Sans toi ? Sans tout ce monde hypocrite qui m’entourait ? Eh bien, je partirai au bout du monde et je me foutrai royalement de tous ceux qui m’ont lâchement laissé tomber, au moment où j’avais tant besoin d’appui, et quant à eux, un jour ils sauront ce qu’ils ont raté! J’irai en quête de mon bonheur perdu, je suivrai mes études et je serai professeur universitaire, dorénavant je ne donnerai à personne le droit le plus court de fourrer son nez dans mes affaires et je tacherai d’être heureuse, loin de leurs mensonges, de leur duplicité, de leurs perfidies, de leurs calomnies et plus proche que jamais de mes parents ! Tu me diras peut être que j’exagère que je dramatise les choses, mais ce que je sais, ce que je peux dire, c’est que j’ai la conscience tranquille.

 : Écoute s’il te plait, on va...

  Ahlam   : Tu es adorable cher ami mais t’as pas su me garder, je te souhaite encore de belles années devant toi et une merveilleuse vie remplie d'émotions et de bonheur.

 : Mais essaie de…

Ahlam : Prends soin de toi et des autres autant que tu le peux... bichonne-toi et espère, sans espoir on est mort, bonne nuit cher ami…

...          : ………

Posté par Ikram AZZOUZ à 02:42 - Commentaires [12] - Permalien [#]


Commentaires sur Ahlam

    nn

    tu c ecoute se ke di tn coeur et tu arivera tn istoir et bi1 ecoute le
    bsxa toi

    Posté par ahlam, 08 mars 2009 à 16:52 | | Répondre
  • Stp Ahlam donne lui une autre chance
    j ai bien aimé cette phrase " j’en veux plus d’une personne qui me fait pleurer, qui me coupe l'appétit et qui me rend triste"
    bravo ikram

    Posté par Anima, 04 novembre 2006 à 12:20 | | Répondre
  • Stp Ahlam donne lui une autre chance
    j ai bien aimé cette phrase " j’en veux plus d’une personne qui me fait pleurer, qui me coupe l'appétit et qui me rend triste"
    bravo ikram

    Posté par Anima, 04 novembre 2006 à 12:20 | | Répondre
  • donne pas lui a chance Ahlam, et toi Anima arrete, elle a donne tout ce ki est beau pendant des annes, elle a soufris en silence, mtn c est le temps de vivre de resentir soi meme, de trouve ses ambitions, ses reves, bon chance Ahlam.
    vraiment ikram c est super de te lire
    alah m3ak

    Posté par simosss, 05 novembre 2006 à 06:19 | | Répondre
  • L'aliénation

    Ton récit traite le thème complexe de l'aliénation qui touche beaucoup de personnes surtout de la gente féminine dont le sort est décidé d'avance par autrui. Elles deviennent des marionnettes manipulées par les autres: l'entourage, les grands, les supérieurs...Il faut avoir une forte personnalité pour savoir s'imposer et oser prendre des risques car le manque d'expérience dans la vie nous pousse parfois à trop nous appuyer sur les autres et c'est faux car c'est là qu'on perd notre identité.

    Bonne chance et heureuse vie à Ahlam qui a le droit de prendre enfin ses rêves pour une réalité.

    Grosse bise et merci pour ce passionnant récit!

    Posté par namfa, 07 novembre 2006 à 00:29 | | Répondre
  • salut

    salut ikram, ton style est bien .
    je ta'ia pa vu su mon site depuis pa mal de temps. j'espère que tt va bien pour toi.
    bye

    Posté par samad, 16 novembre 2006 à 13:41 | | Répondre
  • coucou ikram
    fine rak? j espére ke tu vas bien

    Posté par anima, 21 novembre 2006 à 12:31 | | Répondre
  • wa lma3gaza katbi lina chi 7aja

    Posté par Anima, 14 décembre 2006 à 11:11 | | Répondre
  • salam

    tu te caches ou? en veux lire tes nouveaux ici, j espere ke tu va bien.

    Posté par simosss`, 20 décembre 2006 à 04:34 | | Répondre
  • Aid Moubarak said, bonne année , meilleurs voeux de santé, de réussite et de bonheur.

    Posté par Anima, 28 décembre 2006 à 13:34 | | Répondre
  • DREAMS

    Il etait préparé par Dieu que soit un foux amoureux d'un Ahlam de casablanca, et il etait aussi préparé qu'elle me largue! mais quand meme c'est juste son amour qui m'as pousser a faire une petite recherche sur ce prenom et ensuite trouver cet articl! merci a toi ikram juste de l'avoir ecrit!

    Posté par lotfi, 16 janvier 2007 à 05:12 | | Répondre
  • je t'encourage

    ça m'a vraiment touché, je t'assure Ahlam que tu vas trouver celui qui te mérite bientôt, et tu vas l'aimer de tout ton coeur, surtout que pour la femme, c'est pas du tout dificile d'avoir un nouveau amour dans sa vie puisqu'elle a tjrs besoin de celui qui donne plus d'affection, de bonheur et de protection...c comme ça ttes les femmes du monde...Attentions les hommes, ne soyez pas indifferents.

    Posté par Maryem, 24 août 2007 à 02:28 | | Répondre
Nouveau commentaire